SudMed

Comprendre le fonctionnement d’un éco-système en région semi-aride : le projet SudMed

responsable : Lionel Jarlan

L’impact des activités humaines et du changement climatique sur la ressource en eau est au coeur des préoccupations socio-économiques
(rapport STERN ). Les régions arides et semi-arides – la Méditerranée du Sud et de l’Est en particulier – sont et seront particulièrement affectées. Dans les zones semi-arides, plus de 80% des précipitations repart dans l’atmosphère par évaporation.  De même, plus de 80% de l’eau disponible est utilisée pour l’agriculture irriguée avec une efficience d’utilisation relativement médiocre (<50%).

La pression anthropique sur la ressource est en nette augmentation et d’importants changements environnementaux, notamment liés à la fragilité du milieu et au changement climatique, sont prévus (le sud et l’est de la méditerranée étant des points chauds du changement climatique selon les prévisions du GIEC).

Ressources en eau par habitant dans les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée entre 2000 et 2050 [note n°11, www.planbleu.org]
Les simulations réalisées à partir d’une large gamme de modèles climatiques indiquent que l’augmentation des températures affectera significativement les pays de la Méditerranée du Sud et de l’Est, et plus spécifiquement le Maroc et le Moyen-Orient (Battisti and Naylor 2009). Les conséquences de ces changements annoncés sur les ressources en eaux seront importantes et restent à évaluer. >Probabilité d’occurence d’été plus chaud que le record 1900-2006 à l’horizon 2050 Battisti & Naylor, Science 2009

S’appuyant sur ces constats, le projet que nous proposons a pour premier objectif de mieux comprendre le cycle de l’eau à l’échelle de bassins versants semi-arides notamment afin d’évaluer les impacts des changements climatiques sur les ressources hydriques. Ce premier axe de recherche s’appuiera sur les connaissances acquises au cours des projets « Mediterranean Models Evaluation Experiment » (MEDMEX) et SUDMED du CESBIO dont il constitue le prolongement direct vers une plus forte intégration des processus.

A partir de l’ expérience acquise sur le bassin Marocain du Tensift, nous développerons un second site analogue en méditerranée orientale, lieu d’enjeux politiques et scientifiques forts (priorité géographique de l’IRD, programme « Surfaces et Interfaces Continentales en Méditerranée » SICMED en cours).

Le second axe considère la dimension régionale du problème des ressources hydro écologiques en méditerranée, et la nécessité de produire des indicateurs à cette échelle en valorisant notamment les données de télédétection. Nous nous appuierons pour cela sur les connaissances issues du premier axe pour proposer des modélisations du fonctionnement des surfaces adaptées à cette échelle, et dont les sites permettront une validation de ces approches régionales.

Rechercher